Vous aimez écrire des histoires ? Vous voulez les faire partager avec d'autres ? Alors venez par ici !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Aïlland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Syna

avatar

|| Messages : 26
|| Localisation : Franchement, devinez...
|| Humeur : Smile =)

MessageSujet: Aïlland Lun 19 Juil 2010 - 17:47

♯ Titre ♯

L'Aïlland

♯ Auteur ♯

Syna

♯ Années ♯

[2005 - ...]

♯ Genre ♯

Fantastique

Lecteurs

Toi, peut-être ?

♯ Résumé ♯

A voir...

Crédits ♯

©Copyright Aïlland.
Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations
partielles ou totales de son travail sont interdites.
Conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.
Tous droits réservés ©


Dernière édition par Syna le Mer 21 Juil 2010 - 16:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Syna

avatar

|| Messages : 26
|| Localisation : Franchement, devinez...
|| Humeur : Smile =)

MessageSujet: Re: Aïlland Lun 19 Juil 2010 - 17:55

Prologue


  • C’était une nuit de début d’été – ou du moins ce qui pouvait s’apparenter à l’été sur l’Aïlland. Un courant d’air soufflait avec délicatesse et apportait de l’air frais à une clairière éloignée dans le territoire Mastsam. Rares sont les êtres conscients à y aller et les animaux l’évitaient instinctivement. Pourtant, c’était un endroit magnifique avec l’herbe orange qui ondulait mollement sous les centaines de fleurs multicolores, un ruisseau limpide s’écoulait sur une partie de la limite entre la clairière et la forêt luxuriante et compacte. Mais un tragique incident en avait fais un lieu maudit et les personnes qui venaient ne voyaient pas la beauté du lieu mais les lourds souvenirs tristes qu’elle représentait.
  • Pourtant, aujourd’hui, une grande ombre noire s’en approche doucement. Silencieuse, elle prend son temps, marche doucement et écarte les branches qui ont envahi le passage. Elle s’avance encore puis s’arrête à la lisière. Maintenant qu’elle n’est plus dans l’épaisse forêt qui cache la lumière de la lune argenté et des étoiles, on la distingue mieux : c’est une silhouette. Humaine sans aucun doute, elle est trop grande pour être un lilliputien, pas assez féline pour les Félisavarés et on dit que les rares êtres du feu qui sont encore dans se monde se terrent et maudissent les esprits.
  • On dirait que l’humain porte quelque chose tout contre son cœur comme si c’était la chose la plus précieuse au monde, mais il est impossible de distinguer ce que c’est car l’homme est enveloppé d’un manteau noir dans lequel est tenue son trésor. Un capuchon lui couvre la tête mais on voit ses yeux briller d’une lueur mélancolique lorsque son regard passa sur ce lieu maudit. Puis la lueur changea et devint décidée. L’humain retient son souffle et fait un pas en avant. Tous les bruits se taisent, à croire qu’il allait se faire désintégrer s’il pénétrait ici.
  • Pourtant, rien ne se produit et la silhouette pousse un large soupir de soulagement. Elle s’avance vers le centre de la clairière et s’agenouille un peu brusquement, comme si elle était épuisée.
  • Elle retire son manteau et on découvre que, malgré ses longs cheveux clairs, son gabarit baraqué ne peut pas tromper : c’est un homme, plutôt jeune d’ailleurs.
  • Mais surtout, on voit son précieux, son trésor : un bébé endormi dans une couverture épaisse malgré la saison. Haute dans le ciel, la lune éclaire légèrement la scène, assez pour voir le sourire attendri de l’homme avant qu’il pose un baiser sur le front du dormeur, le pose par terre et retrouve le sentier de la forêt.
  • C’est sans même se retourner qu’il abandonne l’enfant seul dans un des lieux les plus fuis et maudits du monde des Line.
  • Pourtant, ce bébé – qui à bien regarder semblait être né le jour même – ne resta pas seul longtemps. Un félisavaré blanc avait suivi silencieusement l’humain, intrigué de le voir si tard dans la nuit se diriger vers ce lieu de deuil. En voyant la silhouette s’éloigner, le chat hésita à pénétrer dans ce lieu de deuil. L’icône de la paix était mort en ce lieu, le symbole de la liberté s’était écroulé dans cette clairière même. Maintenant, les idées pour lesquels il était mort étaient en place, mais ce lieu était resté comme le symbole de la tristesse, de la guerre et des morts.
  • Le félisavaré se décida enfin à venir voir le bébé. Il l’observa un long moment avant de le faire léviter devant lui pour le faire partir de la clairière, témoin silencieuse de cette étrange scène.
  • Cet enfant, une fillette aux yeux émeraude, aura une belle vie loin de l’Aïlland. Elle ignorera tout de son monde et de ce pour quoi elle est destinée…



…Jusqu’à ses quinze ans du moins.
Revenir en haut Aller en bas

Aïlland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perles d'Ecrivains :: La Bibliothèque :: Contexte Inventé :: Fantastique-